Le premier Vichy : 1940-42 -la revolution Nationale-

Un régime autoritaire personnel

Appuyé sur sa légende du vainqueur de Verdun, Pétain et son entourage organisent le culte du chef, évidemment pas sur les mêmes bases qu'Hitler ou Mussolini (il a 84 ans et une armée défaite), mais sur l'image du "sauveur de la France une seconde fois" (la première, c'était Verdun), un grand-père qui protège ("je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur") et punit ("je hais les mensonges qui nous ont fait tant de mal", en clair, le front populaire).
Pétain, omniprésent sur les affiches de propagande, à qui les enfants vont faire des dessins, plus la chanson "Maréchal nous voilà".

 Un régime d'exclusion, la revanche de l'extrême droite sur le Front Populaire, la République et même la révolution Française

Désignation de l'anti France, censée être coupable de la défaite, ce sont :
• les communistes : pourchassés, arrêtés
• Francs-Maçons : interdits, administration et élus locaux "épurés"
• Juifs : le statut d'octobre 1940 les exclut de la société française
• les étrangers : révision des naturalisations, arrestations arbitraires
Ouverture de camps d'internement, où on enferme des milliers de suspects, partisans du Front Populaire, communistes connus, étrangers "indésirables". Vichy arrête et "donne" aux Nazis les allemands réfugiés en France dans les années 30 et de très nombreux Républicains espagnols. On enferme sur simple décision du préfet, sans jugement. (Attention, ces camps sont moins "durs" que les camps nazis, mais ils sont souvent le prélude à la déportation vers les camps nazis)
L’antisémitisme d'exclusion fait des Juifs des sous-citoyens : définis comme "race" comme en Allemagne, mais sans pression allemande, recensés, avec tampon "juif" sur les papiers d'identité, spoliés (lois sur l'aryanisation qui sont tout simplement du vol d'Etat), rejetés de quantité de profession (médias, fonction publique, cinéma,…)

La promotion de valeurs réactionnaires

"travail-famille-patrie" remplacent "liberté-égalité-fraternité"
Ruralisme et tradition : retour à la terre, au folklore, qui doit "régénérer la France morale"
Culte des anciens combattants (et du maréchal, le premier d'entre eux) regroupés dans la "Légion des Combattants", qui doit être le relais du Maréchal auprès de la population.
Enseignement religieux rétabli dans les écoles
Au fond, une dictature réactionnaire, tournée vers des valeurs du passé mythifié (Jeanne d'Arc, les Gaulois, Saint Louis), pas un fascisme, même si l'extrême droite entoure Pétain et le conseille. Mais elle-même est diverse : Action Française traditionnaliste de Maurras qui tient enfin sa revanche sur la "Gueuse", partis fascistes de Doriot (PPF) et Déat (RNP) qu'on appellera "collaborationnistes".
Une opinion très largement maréchaliste (le Maréchal ne peut pas se tromper) même si l'enthousiasme pour la Révolution nationale est altéré par les difficultés du quotidien (ravitaillement, pillage agricole et industriel résultat de l'armistice). Par contre, méfiance et rejet de la collaboration.