Albert Speer, l'architecte

Albert Speer est né en 1905 à Mannheim dans une famille aisée de la classe moyenne.
En 1918, la famille s'installe de façon permanente dans sa résidence d'été à Heidelberg.
Speer était sportif et pratiquait le ski et l'alpinisme. Il rejoignit l'équipe de rugby de son école d'Heidelberg, ce qui était une activité rare en Allemagne. Il voulait devenir mathématicien, mais influencé par son père, il suivit les pas de celui-ci et étudia l'architecture.

Après avoir entendu et vu Hitler, il adhère au Parti national-socialiste au mois de janvier 1931 et devient membre de la N.S.K.K. (corps motorisé du parti).

Architecte de talent, Albert Speer est repéré par Adolf Hitler en 1933 qui en fait son architecte personnel, chargé de bâtir la nouvelle Allemagne.

De 1933 à 1945, le destin de Speer est lié à celui du Führer qui l'accueille au nombre de ses confidents.

Le jeune architecte ambitieux était ébloui par son ascension rapide et par sa proximité avec Hitler qui lui garantissait de nombreux projets émanant du gouvernement ou des plus hauts responsables du Parti.

Occupant des situations très différentes mais toujours exceptionnelles, il est tour à tour l'architecte de Berlin, l'ami fidèle des réunions nocturnes à la Chancellerie du Reich et au Berghof, le technocrate et l'organisateur qui obtient, dans la production d'armements, des résultats qui étonnent le monde, l'opposant enfin, aussi efficace qu'inattendu, à qui l'Allemagne doit, pour une large part, sa survie économique.

L'une de ses premières commandes est peut-être la plus connue de ses réalisations est le cadre des parades de Nuremberg, le Reichsparteitagsgelände (littéralement en allemand : «terrain du Congrès du parti du Reich») qui est un gigantesque complexe architectural, situé au sud-est de la ville, et qui a accueilli, de 1933 à 1938, les congrès annuels du NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs allemands).
Ce lieu est basé sur l'architecture dorique des autels Pergamum en Turquie, mais augmenté dans des proportions gigantesques qui le rendent capable de contenir deux cent quarante mille personnes.
Lors du rassemblement du parti en 1934, Speer entoura le site avec cent cinquante projecteurs antiaériens. Selon le mot de l'ambassadeur britannique Neville Henderson «Cela créa l'effet d'une cathédrale de lumière».

Albert Speer a aussi dessiné le pavillon allemand à l'Exposition universelle de 1937.

Devenu ministre de l'Armement en 1942 et chef de l'organisation Todt, il est responsable de la production de guerre au sein du Troisième Reich, et utilise réquisitionnée pour l'effort de guerre allemand.
L'organisation Todt fut chargée de la réalisation d'un grand nombre de projets de construction, dans les domaines civil et militaire, tant en Allemagne, durant la période qui a précédé la guerre et pendant celle-ci, que dans les pays d'Europe sous domination nazie, de la France à la Russie. Presque toutes les grandes opérations de génie civil durant la Seconde Guerre mondiale furent réalisées par cette organisation, dont des usines d'armement, des bases de sous-marins et des lignes de fortifications, comme le mur de l'Atlantique ou la ligne Gustave (fortifications en Italie).

A partir de 1944, se rendant compte que l'Allemagne allait perdre la guerre, il essaya en vain de convaincre le Führer de se rendre, et lorsque celui-ci donna l'ordre d'anéantir toutes les infrastructures d'Allemagne, il aurait même envisagé de l'assassiner.

Au procès de Nuremberg, Speer plaida coupable pour crimes de guerre.
Il fut condamné à vingt ans de prison; pour avoir réquisitionné de la main-d'œuvre étrangère.
Il purgea sa peine à Spandau.

Il est libéré en 1966 et se consacre à l'écriture. Ses Mémoires (Au cœur du IIIe Reich – Erinnerungen - 1969) sont un précieux témoignage sur la période nazie.

 

 

 

 

 

 

 

Hitler et Albert Speer