Conference de Wannsee

Cette conférence a lieu près de Berlin.

Elle réunit le 20 janvier 1942 quinze hauts responsables nazis et des officiers.
Liste des participants :
• Reinhard Heydrich, SS-Obergruppenführer, chef du RSHA, qui préside la réunion ;
• Adolf Eichmann, SS-Obersturmbannführer, chef du bureau IV B-4 (Judenangelegenheiten, Affaires juives) de la Gestapo (RSHA), qui rédige les notes de la conférence ;
• Dr Josef Bühler, Staatssekretär, Gouvernement général de Pologne ;
• Dr Roland Freisler, Staatssekretär, ministère de la Justice ;
• Otto Hofmann, SS-Gruppenführer, Chef du Bureau pour la race et le peuplement (RuSHA) ;
• Dr Gerhard Klopfer, SS-Oberführer, secrétaire permanent à la chancellerie du parti ;
• Dr Friedrich Wilhelm Kritzinger, secrétaire permanent de la chancellerie du Reich ;
• Dr Rudolf Lange, SS-Sturmbannführer, Kommandeur der SP und des SD (KdS) - chef de la SiPo et du SD (RSHA à Riga, Lettonie ;
• Dr Georg Leibbrandt, Staatssekretär, représentant du ministère des Territoires occupés de l'Est ;
• Martin Luther, Unterstaatssekretär, ministère des Affaires étrangères ;
• Dr Alfred Meyer, Gauleiter des Gaus Westfalen-Nord (de Westphalie du Nord) et Staatssekretär, adjoint de Rosenberg au ministère des Territoires occupés de l'Est ;
• Heinrich Müller, SS-Gruppenführer, chef de la Gestapo (RSHA) ;
• Erich Neumann, Staatssekretär, Beauftragter für den Vierjahresplan - représentant du Plan quadriennal -; il représentait ainsi en outre les ministères de l'Économie, du Travail, des Transports et de l'Armement ;
• Dr Karl Eberhard Schöngarth, SS-Oberführer, Befehlshaber der SP und des SD (BdS) - chef de la SiPo et du SD (RSHA) - au Gouvernement général de Pologne ;
• Dr Wilhelm Stuckart, Staatssekretär, ministère de l'Intérieur ;

La réunion a pour objectif de débattre sur « la solution finale de la question juive » voulue par Hitler.
Elle est mise en œuvre, sur ses instructions, par Hermann Göring, Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et Adolf Eichmann. Il est décidé que les juifs d'Europe en état de travailler seront transférés dans des camps de travaux forcés.
Pour ceux qui sont incapables de travailler, l'élimination pure et simple est décrétée. Plusieurs camps seront consacrés à cette extermination de masse : Belzec, Sobibor, Treblinka puis Auschwitz.
Le génocide du peuple juif est amorcé. Plus de 6 millions d'entre eux périront dans ces camps de la mort.

Au moment où la conférence se tient, la Shoah a débuté depuis déjà plusieurs mois : la déportation des Juifs du Reich a commencé, les « Einsatzgruppen » exécutent les Juifs par centaines de milliers en URSS, le Camp d'extermination de Che?mno est en activité et les autres centres de mise à mort sont en construction ou en projet.

La conférence dure moins de deux heures.
Si elle est brève et n'est pas marquée par des décisions fondamentales, elle constitue une étape décisive dans la réalisation de la Shoah, en entérinant d'une part le contrôle total de la SS sur la mise en œuvre de l’extermination du peuple juif, d'autre part le rôle de Heydrich en tant que maitre d'œuvre dans le processus destructeur, puis en exigeant la collaboration sans entraves et le soutien sans failles de l'ensemble de l'appareil d'État.

Reinhard Heydrich ouvre la conférence en rappelant les mesures antisémites prises en Allemagne depuis l’arrivée des nazis au pouvoir en 1933. Il souligne qu’entre 1933 et 1941, 530000 Juifs ont émigré d’Allemagne et d’Autriche ; cette information est tirée d’un document préparatoire rédigé la semaine précédente par Adolf Eichmann, qui fort de son expérience dans l’organisation de l’émigration forcée des Juifs autrichiens en 1938, est devenu le principal expert en ce qui concerne la mise en œuvre de la solution de la question juive.
Heydrich chiffre le nombre de Juifs vivant en Europe et dans l'empire colonial français en Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie - mentionnés comme vivant dans « France /territoires non-occupés ») à approximativement onze millions de personnes, dont un peu plus de la moitié vivent dans des pays ou des territoires qui ne sont pas sous contrôle allemand.
Et Heydrich de poursuivre : « désormais, à la place de l'émigration, la prochaine solution à envisager, avec l'aval préalable du Führer, est l'évacuation des Juifs vers l'est. Ces actions sont toutefois à considérer uniquement comme des solutions transitoires, mais qui nous permettront d'acquérir des expériences pratiques qui seront très précieuses pour la solution finale à venir de la question juive. »



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dénombrement de la population juive à éliminer selon le protocole de Wannsee