Les Beaux Arts

Impatient de se lancer dans l'art, il quitte le domicile maternel en 1907, à dix-huit ans, et gagne la capitale de l'empire, Vienne.

Le 3 octobre 1908, il subit son deuxième échec à l'examen d'entrée à l'École des Beaux-Arts de Vienne. Trois mois plus tard, le 21 décembre 1908, sa mère meurt. Les années qui suivent seront les plus pénibles de sa jeunesse.

Grâce aux quelques économies laissées par son père, le jeune homme mène une vie oisive et dilapide rapidement cette petite fortune. Il fréquente les théâtres, découvre la musique de Wagner, se passionne pour l'architecture et pratique de petits gagne-pains.

Sans le sou, Il découvre la misère et les refuges pour sans-abri. Clochardisé, sans amis, il rumine sa haine de la bourgeoisie viennoise, joyeuse et prospère.

Ses loisirs se passent dans la lecture de livres de vulgarisation qui exaltent la nation germanique. Il vivote en vendant des tableaux (vues) de Vienne.
C'est ici que se forge son antisémitisme par ses lectures et ses rares fréquentations.

En 1912, il s’établit à Munich.