Dates marquantes

1889  20 avril - Naissance d'Adolf Hitler
Adolf Hitler naît dans un petit village autrichien, Braunau, en avril 1889. Quatrième enfant d’un douanier et d’une femme d’origine paysanne, il devient orphelin à quatorze ans.

1920  24 février - Hitler présente la doctrine nazie
Au cours d'une réunion publique organisée à la Hofbräuhaus de Munich, Adolf Hitler présente pour la première fois l'idéologie nazie devant une assistance de 2000 personnes. Il propose, grâce à la création d'un parti nazi, de créer un « État raciste national-socialiste ». Hitler publiera son livre-programme « Mein Kampf » (Mon combat), cinq ans plus tard, en 1925.

1923  8-9 novembre - Putsch de la Brasserie
Dans une grande brasserie de Munich nommée le « Bürgerbraükeller », les dirigeants de Bavière sont réunis le 8 novembre 1923 pour s'adresser à 3000 personnes, pour la plupart des bourgeois inquiets de la situation. En compagnie de militants du parti nazi, de SA, d'Hermann Göring et du général Ludendorff, héros de la Première Guerre mondiale, Hitler envahit les lieux. Menaçant les dirigeants du Land de Bavière, il exige qu'on lui donne le pouvoir. Faisant profil bas sous la menace, les politiciens arrivent à s’échapper. Hitler tente alors de s'emparer du ministère de la guerre de Bavière. C'est un échec : des policiers prévenus l'attendent au coin de la rue. C'est la débandade dans les rangs des nazis. On compte seize morts et Hitler lui-même est blessé dans la bousculade.

1933  30 janvier - Hitler devient le chancelier allemand
Le président de la République allemande, le maréchal Paul von Hindenburg, décide contre son gré de nommer Hitler à la chancellerie du Reich. Il n'a aucune sympathie pour le leader du Parti national-socialiste qu'il traite de « caporal bohémien ». Hindenburg le charge de former un nouveau gouvernement de « concentration nationale ». Le nouveau cabinet comprend trois membres du parti nazi à des places stratégiques : Hitler à la tête du gouvernement, Göring en tant que commissaire intérieur pour la Prusse et Frick au ministère de l'Intérieur. A la mort d'Hindenburg, le 2 août 1934, Hitler lui succèdera à la présidence du Reich.

1933  27 février - Incendie du Reichstag
Dans la nuit, le Parlement allemand s'embrase. Le communiste néerlandais Marinus van der Lubbe est arrêté sur les lieux de l'incendie. Il est immédiatement désigné comme coupable par le nouveau chancelier Adolf Hitler qui voit dans cet acte criminel un complot communiste. Le parti national-socialiste (NSDAP) s'empare de l'accident pour procéder à l'élimination des communistes allemands. Dès le lendemain 4000 responsables du PC sont arrêtés.

1933  14 juillet - Loi sur la stérilisation des handicapés
Hitler et l’idéologie nazie considéraient le handicap comme un signe de dégénérescence, et voyait presque n’importe quel handicapé comme « une vie indigne de vivre », et comme une « bouche à nourrir inutile »...
Plus de 400000 handicapés ont été stérilisés de force …

1933  20 juillet - Concordat
Le concordat du 20 juillet 1933 fut un accord signé entre le Saint-Siège, représenté par le cardinal Pacelli (futur pape Pie XII), secrétaire d'État, et le Reich allemand, représenté par le vice-chancelier Franz von Papen.
(Ayant vu sa validité confirmée en 1957, ce concordat est encore en vigueur de nos jours.)

1934  30 juin - La « Nuit des longs couteaux »
Lors de la nuit du 29 au 30 juin 1934, une faction du parti nazi liquida des opposants et rivaux politiques potentiels, dont une grande partie du commandement de la SA, l'organisation paramilitaire du parti.

1935  16 mars - Rétablissement du service militaire obligatoire
Le chancelier allemand Adolf Hitler annonce le rétablissement du service militaire obligatoire en Allemagne. Dans le même temps il décide que les effectifs de l'armée seront portés de 100 000 à 500 000 hommes. La France, l'Angleterre et les États-Unis, vainqueurs de la première Guerre mondiale, assistent impuissants à la première violation du traité de Versailles. Hitler ne cache plus son désir de former une armée offensive et puissante.

1935  15 septembre - Premières lois antisémites
A Nuremberg, pendant le congrès du parti nazi, Hitler promulgue ses premières lois antisémites. Il prive les Juifs de la citoyenneté allemande et leur interdit aussi d'épouser ou de fréquenter des « Aryens ». Trente mois après l'arrivée au pouvoir des nazis, ces lois inaugurent un processus d'exclusion qui débouchera sur la « solution finale ».

1936  7 mars - L'Allemagne viole le traité de Versailles
Les troupes de la Wehrmacht occupent la zone démilitarisée de la Ruhr. Le chancelier allemand, Adolf Hitler, déclare caduques les dispositions du Traité de Versailles par lesquelles l'Allemagne s'engage à démilitariser la Ruhr. Si les puissances occidentales s'insurgent face à cette violation du droit international, elles ne prennent aucune mesure concrète pour contrer l'Allemagne. Le service militaire obligatoire avait déjà été rétabli illégalement un an auparavant. En 1938, les accords sur les frontières seront à nouveau bafoués quand le Führer ordonnera l'invasion de l'Autriche.

1938  12 mars - Hitler réalise l'Anschluss de l'Autriche
Après la démission forcée du chancelier autrichien, Hitler donne l'ordre à ses troupes d'envahir l'Autriche au petit matin. Les Autrichiens acclament les soldats du Reich qui ne rencontrent aucune difficulté à prendre possession du pays. Le chancelier allemand défilera dans sa ville natale, Braunau-am-Inn. Il proclamera la réunification de l'Autriche et de l'Allemagne au nom de « l'Anschluss », le « rattachement ». Tenté dès 1934 mais avorté sous la menace de l’Italie, ce rapprochement entre les deux pays était interdit par les traités de Versailles et de Saint-Germain, pourtant les démocraties occidentales ne réagissent pas. Un référendum organisé par Hitler en Allemagne et en Autriche approuvera massivement cette annexion. L'Autriche, nouveau pion sur l'échiquier nazi, devient la marche de l'Est du Reich, « l'Ostmark ».

1938  30 septembre - Les accords de Munich
Dans la nuit, Hitler, Mussolini et les deux Premiers ministres anglais et français, Chamberlain et Daladier, signent à Munich un accord sur le statut de la. Après douze heures de négociation et dans le but d'éviter un nouveau conflit européen, la France et la Grande-Bretagne cèdent aux ambitions allemandes, en signant un accord sur le statut de la Tchécoslovaquie.

1938  9 novembre - La « Nuit de Cristal »
Le ministre Allemand de la propagande, Goebbels, dénonçant un complot juif contre l'Allemagne incite les militants nazis à se soulever contre les juifs. Dans la nuit les principales villes d'Allemagne voient des milliers de militants nazis attaquer synagogues, magasins et maisons particulières juives. Les affrontements feront 91 morts et plus de 10000 prisonniers juifs. Hitler donnera le nom de « Nuit de Cristal » à ces premières violences antisémites en référence aux vitrines cassées lors du « pogrom ». La communauté juive sera taxée d'une amende d'un milliard de marks pour cause de tapage nocturne.

1939  23 août - Le pacte germano-soviétique
L'URSS et l'Allemagne signe à Moscou un pacte de non-agression valable pour 10 ans. Un protocole secret répartit leur zone d'influence en Europe de l'Est. Hitler, qui obtient ainsi la neutralité de l'URSS, déclarera la guerre à la Pologne le 1er septembre. Staline en profitera alors pour agresser la Finlande, annexer les pays baltes et envahir la Roumanie. Ce pacte sera rompu lorsqu’Hitler lancera une attaque contre l'URSS le 22 juin 1941.

1939  1er septembre - Invasion de la Pologne
Vingt ans après la fin de la Première Guerre mondiale, que les survivants voulaient comme la « der des ders » (la dernière), Hitler, qui cherche à assurer l'« espace vital » de l'Allemagne, envahit la Pologne. Deux jours plus tard, La Grande-Bretagne et la France déclareront la guerre à l'Allemagne. C'est le début de la Seconde Guerre mondiale qui ne s'achèvera qu'en 1945 et fera plus de 50 millions de morts. La défaite de la Pologne, dotée d’une armée obsolète, sera rapide. Le sort de la Pologne pendant l’occupation sera particulièrement difficile.

1940  10 mai - Invasion de la Belgique
7 mois après la déclaration de guerre de la France et de l'Angleterre, l'Allemagne rompt le front occidental. Le Führer met ainsi fin à la « drôle de guerre » en lançant ses armées sur les Pays-Bas, la Belgique et la France. En quelques jours, 8 à 10 millions de Belges et de Français se retrouvent sur les routes. Les états-majors néerlandais et belge capitulent les 15 et 27 mai. Les Allemands entrent dans Paris le 14 juin et le maréchal Pétain demande l'armistice qui sera signé le 22 juin.

1940  24 octobre - Rencontre de Montoire
Le 24 octobre 1940, Philippe Pétain, chef de l'État français, rencontre Adolph Hitler dans la petite gare de Montoire-sur-le-Loir.
C’est le vice-président français Pierre Laval qui a eu l'idée de ce rendez-vous en apprenant qu’Hitler revenait en train d’Hendaye où il était allé rencontrer Franco, dictateur en Espagne.

1941  22 juin - Opération « Barbarossa » en URSS
Les troupes allemandes pénètrent en Union Soviétique. Nom de l'opération : « Barbarossa ». Pourtant alerté par ses services secrets, Staline ne s'attendait pas à ce qu'Hitler rompe le pacte de non-agression signé deux ans plus tôt. Bien qu'ennemi du bolchevisme, le Premier ministre britannique, Winston Churchill, apporte aussitôt son soutien à l'URSS. La Wehrmacht, d'abord victorieuse face à une Armée rouge démoralisée, sera arrêtée par l'hiver avant d'atteindre Moscou. Considérant les Slaves comme des sous-hommes et le communisme comme leur principal ennemi, les nazis mèneront en URSS une guerre bien plus cruelle qu’à l’ouest. Cette attitude jouera en leur défaveur, stimulant le patriotisme russe au sein de toute la population.

1942  20 janvier - La conférence de Wannsee
La conférence de Wannsee (du nom d’un faubourg de Berlin) réunit, le 20 janvier 1942, quinze hauts responsables du Troisième Reich, pour débattre de l'organisation administrative, technique et économique de « la solution finale à la question juive », voulue par Adolf Hitler et mise en œuvre, sur ses instructions, par Hermann Göring, Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et Adolf Eichmann.

1944  20 juillet - Attentat contre Hitler
Assistant à une réunion au quartier général de Rastenburg, le « Führer » échappe à une tentative d'assassinat fomentée par la noblesse militaire allemande. Le comte Claus von Stauffenberg, chef d'état-major des armées de l'Intérieur, organise l'attentat dans le but de restaurer la monarchie ou du moins de mettre en place une dictature conservatrice. Il dépose lui-même une valise piégée sous la table de réunion et quitte la salle. Mais la valise est fortuitement déplacée. Elle explose vers midi, loin d'Hitler. Il n'est que légèrement blessé. Stauffenberg sera exécuté le soir même et remplacé par Himmler.

1945  30 avril - Hitler met fin à ses jours
Alors que les armées russes pénètrent dans Berlin le 30 avril 1945, Hitler se suicide dans son bunker avec sa compagne, Eva Braun.