Jan KOMSKI

Jan Komski, est né en Pologne, en 1915 dans une famille catholique.

En 1939 il est diplômé de l'Académie des Beaux-Arts de Cracovie, mais le début de la Seconde Guerre mondiale brise ses plans pour l'avenir comme peintre professionnel.

Dans les premiers mois de la guerre, la Gestapo allemande le capture à la frontière entre la Pologne et la Tchécoslovaquie alors qu'il tentait de fuir la Pologne pour rejoindre l'armée polonaise en France, au printemps de 1940. Il portait de faux papiers avec le faux nom de Jan Baras.
Il est emmené à la prison à Tarnow, puis envoyé à Auschwitz, où il arrive, avec 727 autres hommes polonais, le 14 Juin 1940. C'était le premier transport de prisonniers pour Auschwitz où il reçoit le matricule 564 qui par chance ne sera pas tatoué sur son bras.

Après deux ans et demi dans le camp, Jan Komski et trois de ses camarades, Mieczyslaw Januszewski, Boleslaw Kuczbara, et Otto Kusel, participent à l'une des plus célèbres évasions de l'histoire d’Auschwitz. Cette fuite était importante, car elle a été parmi la première à être organisée par le mouvement de résistance du camp, et avec l'aide de la population locale.
Dans la matinée du 29 décembre 1942, un chariot à deux roues tiré par deux chevaux passe la porte d’Auschwitz. Dans l'après-midi, Kuczbara, vêtu d'un uniforme SS volé fait semblant d’escorter trois détenus. Ils ne suscitent aucun soupçon de la part des Blockführers. Quand ils atteignent le point de sortie de la grande chaîne, Kuczbara montre aux gardes un laisser-passer habilement falsifié. Son uniforme et le laisser-passer permettent aux quatre hommes de quitter le camp. Ils se dirigent vers le village de Broszkowice où ils rencontrent une femme appartenant à la résistance qui leur fourni des vêtements civils. Ils passent la nuit dans la cave de la maison d'Andrzej Harat, qui louait l'appartement du dessus à un officier SS.
Poursuivant sa fuite, Komski atteint la ville de Cracovie, où il est arrêté dans une rafle de routine, assis dans un train en attente de son départ pour Varsovie.
Tout prisonnier évadé aurait été pendu dès son renvoi à Auschwitz. Mais, Komski n'a pas été reconnu car ses papiers d'identité portaient un nom différent. Toutes les personnes arrêtées dans la rafle ont été conduites dans des camions à la prison Montelupi. Komski a peur d’être renvoyé à Auschwitz où il serait sûrement reconnu, il pousse deux gardes armés, et se met à courir dans la rue.
Les gardes le poursuivent en criant et en tirant des coups de fusils. Une balle le frappe à la cheville et il tombe. Les gardes se précipitent et veulent l’abattre sur place. Mais l'un des gardes dit qu'on ne pouvait pas l’exécuter dans la rue au vu de la population. Ils le ramènent à la prison où il est battu et frappé jusqu’à perdre conscience. Il est emmené à l'hôpital de la prison.
Trois mois plus tard, ses blessures guéries, il est envoyé à Auschwitz. En approchant de la porte d'entrée, il a peur d'être reconnu par les SS. Un prisonnier, en fait un informateur, le reconnaît mais au lieu de le remettre à la SS, le dénonce aux prisonniers qui dirigeaient le bureau. Ces hommes faisaient partie du mouvement de résistance du camp. Ils évitent de transmettre cette information aux autorités du camp, et font immédiatement transférer Komski à Auschwitz II Birkenau, à environ 2 km d'Auschwitz I. Là, il n'a jamais été reconnu. Komski a finalement été envoyé à Buchenwald en Allemagne, puis de nouveau à Cracovie pour interrogatoire, ainsi que dans un autre camp en Pologne, Gross Rosen. De là, il a été expédié à Hersbruck et enfin Dachau.
Il est libéré le 15 Avril, 1945 par les troupes américaines, et quitte le camp le 2 mai 1945.

En 1949, Jan Komski et sa famille immigrent aux Etats-Unis. Il devient un citoyen américain, et travaille pendant de nombreuses années pour le Washington Post comme illustrateur.

Jan Komski est décédé en 2002, à l'âge de 87 ans. Jusqu'à ses derniers jours, il est resté alerte, vif, très courtois et attentionné des autres.
Il a peint presque jusqu’à la fin de sa vie. Sa femme a fait don d'une collection de son travail sur sa vie dans les camps de concentration au Comité pour la préservation de la Création en Floride.

Voir des dessins de Jan KOMSKI (PdF)