Les dessins de Thomas Geve

Thomas Geve a trois ans lorsque Hitler est appelé au pouvoir en janvier 1933. Arrêté en juin 1943 avec sa mère à Berlin, il est déporté à Auschwitz. Il a treize ans. En janvier 1945, les nazis abandonnent le camp d’Auschwitz devant l’approche des Soviétiques. Thomas Geve connaît alors l’enfer des camps de Gross Rosen et de Buchenwald, jusqu’à la libération de ce dernier le 11 avril 1945.
Thomas Geve a quinze ans et veut alors témoigner, raconter à son père tout ce qu’il a traversé pendant vingt-trois mois de déportation. Avant de partir pour une maison de repos en Suisse, il reste encore quelques semaines à Buchenwald et parvient à se procurer six minuscules crayons et du papier. Il réalise alors soixante-dix-neuf dessins sur sa vie d’enfant déporté. Il relate le quotidien des camps: l’appel, le dimanche, les chambres à gaz, mais auusi les ilôts de résistance pour pouvoir survivre, et le rêve qui l'habitait pendant cette captivité.
Dans ces dessins, le graphisme cède la place à l'information. Car rien de la barbarie nazie, ni de la solidarité qui naît de la plus extrême misère ne lui échappe. Son œuvre graphique est le témoignage unique dans l’histoire de la déportation d’un enfant historien.

Les originaux des dessins appartiennent au Musée Yad Vashem de Jérusalem.

 

Voir les dessins de Thomas GEVE