Imre Kertesz

Imre Kertész est né le 9 novembre 1929 dans une famille juive de Budapest (Hongrie).

En 1944 il perd son père qui part au service du travail obligatoire en Allemagne. Peu après il se fait arrêter dans le bus par un policier hongrois, en allant travailler dans une raffinerie.

A l'âge de quinze ans il est déporté à Auschwitz, où il découvre les crématoires, il est ensuite transféré à Buchenwald puis au camp de travail de Zeitz.

Libéré en 1945, il retourne vivre en Hongrie et découvre que toute sa famille a été exterminée.

A partir de 1948, il exerce le métier de journaliste à Budapest pour le quotidien Világosság ; mais il est licencié en 1951, lorsque le journal pour lequel il travaille est proclamé organe du parti communiste. Après la barbarie nazie, il affronte le communisme totalitaire.

Son expérience des camps de concentration le marque profondément et imprègne toute son œuvre. Écrivain de l'ombre pendant quarante ans. Il reçoit le prix Nobel de littérature en 2002 pour l’ensemble de son œuvre.

Refusant tout nationalisme, il se décrit lui-même comme un juif européen et vit avec sa femme entre Berlin et Budapest.

Imre Kertész est l'auteur d'une œuvre incontournable sur la Shoah, publiée en France chez Actes Sud :
• Être sans destin,
• Le chercheur de traces,
• Roman policier,
• Le Refus,
• Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas,
• Le Drapeau anglais,
• L'Holocauste comme culture,
• Liquidation,
• Dossier K,
• Sauvegarde. Journal 2001-2003.